Pharmacie vétérinaire - Une option pas si bête

Pharmacie vétérinaireUne option pas si bête

28.02.2011

Le marché vétérinaire semble être en quelque sorte la bête noire des pharmaciens. Pourtant, l’investissement dans ce domaine peut porter ses fruits… sous certaines conditions.

  • Un gisement qui reste encore peu exploité par les pharmaciens en centre-ville
Formé pour délivrer

Si l’interprétation d’une ordonnance à usage vétérinaire est un travail similaire à celui requis par une ordonnance à usage humain, et si les classes pharmacologiques sont identiques, il n’en reste pas moins indispensable d’assurer des formations initiales spécifiques pour les futurs pharmaciens dans les facultés. Or il est proposé au plus 20 à 25 heures de formation pendant le cursus. « Il est regrettable que la formation dans le domaine vétérinaire pendant le cursus...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ordo

À la Une Fausses ordonnances : les codéinés en tête Abonné

Les signalements d'ordonnances falsifiées ne cessent d'augmenter d'année en année. En 2018, ce sont les spécialités codéinées qui sont le plus souvent citées, devançant tramadol, prégabaline et zolpidem. Qu'ils se retrouvent face à des patients devenus accros ou à de véritables trafiquants, les pharmaciens se trouvent de plus en plus souvent confrontés à des prescriptions suspectes. Commenter

Partenaires