Alain Fillonneau exerce toujours dans un algeco - Un an après Xynthia, rien n’a changé pour la pharmacie de Charron

Alain Fillonneau exerce toujours dans un algecoUn an après Xynthia, rien n’a changé pour la pharmacie de Charron

28.02.2011

Un an après la terrible tempête Xynthia qui a fait 53 morts sur le littoral atlantique, Alain Fillonneau, le pharmacien de Charron (Charente Maritime) exerce toujours dans un algeco de 15 m² et n’a aucune certitude d’être indemnisé par l’État. Heureusement, il ne manque ni de courage, ni de passion pour sa commune et sa mission.

  • Alain Fillonneau exerce dans un algeco de 15 m2 depuis un an

« RIEN n’a vraiment changé depuis votre visite de l’an dernier (le « Quotidien du Pharmacien » n° 2742), j’exerce toujours dans un algeco de 15 m² », annonce Alain Fillonneau, pharmacien à Charron, commune de Charente Maritime ravagée par la tempête Xynthia, dans la nuit du 27 au 28 février 2010. On se souvient que ce courageux confrère avait alors transformé la salle des fêtes du village en hôpital de campagne, soignant la population avec les moyens du bord jusqu’au rétablissement des...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ordo

À la Une Fausses ordonnances : les codéinés en tête Abonné

Les signalements d'ordonnances falsifiées ne cessent d'augmenter d'année en année. En 2018, ce sont les spécialités codéinées qui sont le plus souvent citées, devançant tramadol, prégabaline et zolpidem. Qu'ils se retrouvent face à des patients devenus accros ou à de véritables trafiquants, les pharmaciens se trouvent de plus en plus souvent confrontés à des prescriptions suspectes. Commenter

Partenaires