Des audioprothèses en pharmacie - « Cher client, m’entendez-vous ? »

Des audioprothèses en pharmacie« Cher client, m’entendez-vous ? »

28.02.2011

Plus que le lancement d’un nouveau rayon, c’est un métier à part entière que constitue l’adaptation auditive. Une activité réglementée dont l’exercice nécessite diplôme, local dédié et matériel spécifique. Mais, surtout, celle-ci va exiger du futur audioprothésiste un important investissement en terme de temps. L’expérience, cela dit, en vaut bien la chandelle, aux dires des professionnels.

  • Un rayon dont l'animation exige des compétences techniques spécofiques
Repères

C’est un marché à fort potentiel que celui de l’appareillage auditif. Avec 5 à 6 % de progression par an, il atteint, aujourd’hui, 800 millions d’euros environ, tous circuits confondus. Rien d’étonnant à ce dynamisme si l’on considère que, pour les deux tiers, la clientèle appartient à la tranche d’âge des 65 ans et plus. Une période de vie qui, suivant la tendance au vieillissement de la population, va en s’allongeant. Quant au dernier tiers de la clientèle, il est constitué de...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pascal Brière 2

À la Une Biosimilaires : la substitution est déjà possible Abonné

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer. 1

Partenaires