Économie, décrets en attente, convention pharmaceutique… - L’USPO veut renouer le dialogue

Économie, décrets en attente, convention pharmaceutique…L’USPO veut renouer le dialogue

10.02.2011

L’année 2011 sera « chargée », promet l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO). Reprise des négociations sur l’évolution de la rémunération, renouvellement de la convention avec l’assurance-maladie, parution du décret sur le pharmacien correspondant : les dossiers « chauds » ne manquent pas, même si leur traitement est, pour le moment, au point mort. Et si rien n’avance dans les prochaines semaines, son président délégué, Gilles Bonnefond, semble déterminé à entamer un nouveau bras de fer avec le gouvernement. Pour l’heure, le syndicat lance un observatoire pour évaluer les difficultés d’approvisionnement en médicaments dans les officines.

  • Gilles Bonnefond appelle à la reprise des négociations

DE PLUS EN PLUS d’officinaux rencontrent des difficultés d’approvisionnement. Ruptures de stock chez le fournisseur, pratiques commerciales litigieuses (voir « le Quotidien » du 3 février) ou difficultés de paiement de certains pharmaciens… L’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO) souhaite y voir plus clair. Afin de dresser un état des lieux, le syndicat met en place à partir d’aujourd’hui un observatoire sur les ruptures d’approvisionnement dans les officines. Objectif : «...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ordo

À la Une Fausses ordonnances : les codéinés en tête Abonné

Les signalements d'ordonnances falsifiées ne cessent d'augmenter d'année en année. En 2018, ce sont les spécialités codéinées qui sont le plus souvent citées, devançant tramadol, prégabaline et zolpidem. Qu'ils se retrouvent face à des patients devenus accros ou à de véritables trafiquants, les pharmaciens se trouvent de plus en plus souvent confrontés à des prescriptions suspectes. Commenter

Partenaires