Une grande enquête nationale sur la loi HPST - Pharmaciens, donnez votre avis

Une grande enquête nationale sur la loi HPSTPharmaciens, donnez votre avis

07.02.2011

TOUS les pharmaciens ont entendu parler de la loi Hôpital, patients, santé et territoires (HPST), dite aussi « loi Bachelot », du nom de la ministre de la Santé qui l’a conduite et fait voter, en 2009. Nous avons, dans ces colonnes, abondamment commenté ses implications dans l’exercice officinal.

Aujourd’hui, « le Quotidien » va plus loin en donnant la parole à ceux qui vont devoir mettre en pratique les dispositions nouvelles instaurées par cette loi et par ses décrets d...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
cour des comptes

Rapport de la Cour des comptes : un réquisitoire au vitriol contre l’officine

Le nouveau rapport de la Cour des Comptes sur l’application des lois de financement de la sécurité sociale pointe le surdimensionnement du réseau officinal et accuse sans ambages la profession de renchérir le coût de la... 16

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.