Les solutions d’un génériqueur

Les solutions d’un génériqueur

31.01.2011

Hubert Olivier, Président de Teva et Ratiopharm et Vice-Président chargé des Affaires réglementaires au GEMME, nous livre son analyse sur la situation actuelle de baisse du taux de substitution et les facteurs impliqués.

  • Hubert Olivier : " Les petites rotations sont parfois négligées »
LE QUOTIDIEN DU PHARMACIEN.- Quel est habituellement le mode d’évolution faisant suite au lancement d’un nouveau générique ?

HUBERT OLIVIER.- Le schéma observé habituellement est un taux de substitution de l’ordre de 50 % à 6 mois et de 70 à 80 % à 12 mois. C’est ce qui a été observé, par exemple, pour un certain nombre de lancements en 2008 et 2009, concernant notamment la venlafaxine, le pantoprazole et l’indapamide.

Et dans le cas des produits faisant exception ?

On observe alors...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
equilibre

À la Une Accord CNAM : compromis ou trahison ? Abonné

L'assurance-maladie et les syndicats de pharmaciens jouent les funambules dans les négociations conventionnelles qui viennent de se rouvrir. Car tout est affaire d'équilibre entre la CNAM, qui cherche à récupérer un « trop perçu » par les pharmaciens, et les syndicats aux intérêts divergents. Alors que la FSPF refuse tout compromis qui ne permettrait pas au réseau officinal de recouvrir son... 12

Partenaires