Les solutions d’un génériqueur

Les solutions d’un génériqueur

31.01.2011

Hubert Olivier, Président de Teva et Ratiopharm et Vice-Président chargé des Affaires réglementaires au GEMME, nous livre son analyse sur la situation actuelle de baisse du taux de substitution et les facteurs impliqués.

  • Hubert Olivier : " Les petites rotations sont parfois négligées »
LE QUOTIDIEN DU PHARMACIEN.- Quel est habituellement le mode d’évolution faisant suite au lancement d’un nouveau générique ?

HUBERT OLIVIER.- Le schéma observé habituellement est un taux de substitution de l’ordre de 50 % à 6 mois et de 70 à 80 % à 12 mois. C’est ce qui a été observé, par exemple, pour un certain nombre de lancements en 2008 et 2009, concernant notamment la venlafaxine, le pantoprazole et l’indapamide.

Et dans le cas des produits faisant exception ?

On observe alors...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
CPTS

À la une CPTS : bientôt un passage obligé ? Abonné

Après l’ultime séance de négociations, jeudi dernier, entre l’assurance-maladie et les 35 syndicats de professionnels de santé sur l’exercice coordonné, un texte définitif doit être transmis dans les jours qui viennent aux représentants professionnels pour signature. Un texte qui vise à accélérer la mise en place des communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS) et à faire de... 1

Partenaires