Les médicaments en accusation - Les leçons d’un emballement médiatique

Les médicaments en accusationLes leçons d’un emballement médiatique

10.01.2011

Alors que l’onde de choc de l’affaire Médiator n’est pas encore amortie, la revue médicale « Prescrire » revient à la charge et pointe dans son édition de janvier la dangerosité potentielle de trois autres médicaments. Justifiée ou pas, cette nouvelle offensive relance en tout cas le débat sur la réévaluation du médicament et sur l’efficacité de la pharmacovigilance en France.

  • Medicaments





medicament comprime cachet gellule

LA « TEMPÊTE MÉDIATOR » de l’automne dernier n’est pas encore balayée qu’un cyclone tout neuf menace à nouveau la sphère du médicament. C’est la revue médicale « Prescrire », réputée pour son opiniâtreté à critiquer l’arsenal thérapeutique et ses charges répétées contre les firmes pharmaceutiques, qui remonte au créneau. Dans son édition de janvier, elle demande purement et simplement le retrait du marché de trois médicaments pourtant commercialisés depuis de longues années.

Premier...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ordo

À la Une Fausses ordonnances : les codéinés en tête Abonné

Les signalements d'ordonnances falsifiées ne cessent d'augmenter d'année en année. En 2018, ce sont les spécialités codéinées qui sont le plus souvent citées, devançant tramadol, prégabaline et zolpidem. Qu'ils se retrouvent face à des patients devenus accros ou à de véritables trafiquants, les pharmaciens se trouvent de plus en plus souvent confrontés à des prescriptions suspectes. Commenter

Partenaires