Terrorisme, crise, paupérisation des « riches » - Une décennie calamiteuse

Terrorisme, crise, paupérisation des « riches »Une décennie calamiteuse

06.01.2011

Politiquement, économiquement, socialement, diplomatiquement, l’année 2010 a été mauvaise. Elle couronne une décennie qui aura ébranlé ou détruit nos plus profondes certitudes. De l’attentat du 11 septembre à la crise financière et économique, de la guerre d’Irak au scandale des subprimes, le monde occidental, en général, et la France, en particulier, ont été durablement ébranlés. Le pronostic le plus sage est qu’il nous faudra sans doute dix ans de plus pour sortir vraiment du marasme.

DIX ANS POUR RIEN ? C’est pire : dix ans de régression économique et sociale. Nous n’avons pas vaincu quelques fléaux sanitaires tenaces, comme le sida ou le paludisme. Nous avons vécu d’une croissance illusoire, qu’il a fallu payer très cher à partir de 2008. Nous pourrions nous consoler en constatant que la mondialisation, qui a fait chez nous des ravages inouïs, a profité au moins aux pays dits émergents : tout l’argent qu’auparavant nous avions déversé sur eux est allé à la corruption...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires