Les derniers freins à la substitution générique - L’inquiétante montée du « non substituable »

Les derniers freins à la substitution génériqueL’inquiétante montée du « non substituable »

14.10.2010

Les syndicats d’officinaux discuteront la semaine prochaine du taux de pénétration des génériques à atteindre en 2011. Mais, pour l’heure, certains s’inquiètent quant au respect de l’objectif fixé pour cette année. Les pharmaciens doivent, en effet, faire face à de nombreux freins, parmi lesquels la présence sur les ordonnances de la mention « non substituable » qui devient de plus en plus fréquente.

  • De plus en plus de prescripteurs refusent la substitution générique

L’OBJECTIF « générique » de 80 % pour 2010 sera-t-il atteint ? Certains en doutent. « Le taux de substitution demandé sera difficilement atteignable », estime ainsi Gilles Bonnefond, président délégué de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO). Pour l’heure, les officinaux n’en sont pourtant pas loin, à 78 %, selon lui. Il manque donc deux petits points pour remplir le contrat. Optimiste, Philippe Besset, président de la commission Économie de l’officine de la Fédération...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Notice

Autotests : des notices à revoir, selon l'Académie de pharmacie

Les notices de plusieurs autotests commercialisés en pharmacie sont inexactes et de nature à rassurer ou inquiéter à tort les usagers, pointe une étude de l’Académie de pharmacie. Autotests VIH, tétanos, allergie, anémie… Des... 3

Partenaires