Questions autour d’un rachat - Teva et ratiopharm : un labo, deux marques

Questions autour d’un rachatTeva et ratiopharm : un labo, deux marques

11.10.2010

Finalisé le 10 août dernier, le rachat de ratiopharm par Teva n’entraînera pas la disparition de l’une ou l’autre des deux marques. Dans un entretien avec « le Quotidien », Hubert Olivier, qui préside la nouvelle entité, explique pourquoi il a préféré jouer la complémentarité de gamme en conservant les deux marques. Avec 560 présentations, Teva/ratiopharm propose désormais l’offre la plus large du marché générique. Hubert Olivier en profite pour appeler les pouvoirs publics à une relance du générique en France et ne cache pas son inquiétude face à une éventuelle mise en place de TFR.

LE QUOTIDIEN DU PHARMACIEN.- Quel est l’enjeu de la fusion entre Teva et ratiopharm ?

HUBERT OLIVIER.- Avant tout, au niveau français, un enjeu de complémentarité. Nous avons la chance d’avoir deux entreprises parfaitement complémentaires. Ma priorité a été de faire en sorte que, dès le 1er octobre, nous puissions apporter à tous les clients des deux entreprises cette complémentarité. Complémentarité des gammes, d’abord : nous proposons dès maintenant la gamme de génériques la plus large...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires