Nouvelle « première année d’études de santé » - Une rentrée universitaire pas comme les autres

Nouvelle « première année d’études de santé »Une rentrée universitaire pas comme les autres

13.09.2010

C’est parti pour la première année d’études de santé (PAES), lancée aujourd’hui dans un grand nombre d’universités. La course contre la montre s’est engagée depuis de nombreux mois pour accueillir au mieux près de 50 000 étudiants, futurs pharmaciens, médecins, dentistes et sages femmes. Cette réforme parviendra t-elle à son objectif prioritaire, réduire l’échec à l’entrée de ces filières sélectives ?

  • Les futurs pharmaciens, médecins, chirurgiens-dentistes et sages-femmes font amphi commun

C’EST LE JOUR J pour une majorité d’inscrits en première année d’études de santé (PAES). Près de 50 000 étudiants vont essuyer les plâtres de cette réforme, initiée en 2008 par le ministère de l’Enseignement supérieur. Fait inédit, les futurs pharmaciens, médecins, chirurgiens dentistes et sages femmes font amphi commun. L’objectif prioritaire est de limiter le gâchis humain à l’entrée des filières de santé (le taux d’échec avoisine les 70 % en pharmacie), en prévoyant davantage de...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires