Allergies et vie scolaire - Le PAI, une arme à double tranchant

Allergies et vie scolaireLe PAI, une arme à double tranchant

13.09.2010

Le projet d’accueil individualisé (PAI) a été mis en place dans les écoles il y a maintenant dix ans. Aujourd’hui, le nombre de PAI concernant les enfants allergiques explose. Il conviendrait de ne pas marginaliser ces enfants, a-t-on mis en garde lors d’une conférence organisée dans le cadre des Journées d’études de l’Association française des diététiciens nutritionnistes (AFDN).

  • IL ne faut pas marginaliser les enfants allergiques, par exemple, à certains aliments

LE PROJET d’accueil individualisé a été créé il y a 10 ans. Mis en place par une circulaire du 10 novembre 1999, il vise à favoriser l’intégration au sein de l’école et dans les structures de la petite enfance, d’enfants atteints de maladies chroniques, parmi eux, les jeunes souffrant d’allergies alimentaires. Le PAI est réalisé, à la demande des parents, et il est rédigé en concertation étroite avec le médecin traitant qui transmet au médecin scolaire tous les éléments nécessaires.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires