La politique sécuritaire de Sarkozy - Retour de flamme

La politique sécuritaire de SarkozyRetour de flamme

30.08.2010

Nicolas Sarkozy a voulu tirer avantage d’une nouvelle crise sécuritaire pour améliorer sa cote de popularité pendant l’été. Il n’a réussi qu’à détériorer un peu plus son image personnelle. Ses efforts pour séduire les électeurs du Front national lui auront coûté cher en voix UMP ou centristes. Un sondage du « Nouvel Observateur » indique qu’il serait laminé par Dominique Strauss-Kahn et battu aussi par Martine Aubry.

ON SE GARDERA bien, en observant le déluge de critiques émises non seulement par la gauche, mais aussi par les villepinistes, les catholiques et même l’UMP, d’en approuver tous les termes. Dominique de Villepin est le moins crédible qui, dans son cynisme lyrique, parle d’« une tache sur le drapeau de la France », comme si, par le passé, il avait consacré sa vie à la défense des Roms. On lui adressera le reproche qu’il a fait au président de la République au sujet de son acharnement...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Stock médicaments

À la Une Hausse des ruptures de stock : quelles solutions ? Abonné

Le nombre signalement de ruptures de stock de médicaments d’intérêt thérapeutique majeur a augmenté de 30 % en 2017. Si les chiffres ne sont pas encore consolidés, la tendance inquiète. L’agence du médicament détaille les solutions qu’elle met en place pour garantir l’accès aux soins. 2

Partenaires