Les propos ironiques du Dr Kirschleger, il y a 150 ans - « Nous n’aurons bientôt plus besoin de pharmaciens »

Les propos ironiques du Dr Kirschleger, il y a 150 ans« Nous n’aurons bientôt plus besoin de pharmaciens »

19.07.2010

Les débats d’aujourd’hui sont-ils si différents de ceux d’hier ? Apparemment non, si l’on en croit ces extraits tirés d’une chronique publiée en 1847, sous la plume d’un éminent professeur de pharmacie alsacien.

  • Une des meilleures revues médicales de l’époque
  • Frédéric Kirschleger

« DU TRAIN dont vont les choses, nous n’aurons bientôt plus besoin de médecins ni de pharmaciens. Que vous soyez affecté d’une maladie quelconque, et vous n’aurez, pour vous guérir promptement, doucement et à bon marché, qu’à feuilleter quelques journaux de Paris ou de la province : vous trouverez indubitablement un remède contre vos maux. » Ces propos qui sonnent très actuels le seraient encore plus si l’on remplaçait le mot « journaux » par « sites Internet ». Pourtant, ils n’ont pas...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Le tour de France des pharmacies - Étape à La Teste-de-Buch-0

Le tour de France des pharmacies Étape à La Teste-de-Buch

Troisième étape de notre tour de France des pharmacies, la pharmacie du Pyla, à La Teste-de-Buch, sur le bassin d'Arcachon. Pendant tout le mois d’août, nous vous proposons en effet de sillonner les routes de France pour aller à la rencontre de confrères pour qui l’été n’est pas synonyme de repos. Commenter

Partenaires