Le pharmacien et la loi HPST - Des missions sous conditions pour l’officine

Le pharmacien et la loi HPSTDes missions sous conditions pour l’officine

08.07.2010

Réunis à l’initiative d’Europharmacie, cinq spécialistes ont exposé leurs points de vue sur l’évolution du système de santé et sur la place que les pharmaciens sont appelés à occuper dans la future organisation des soins. Directement inspirée de la loi HPST, celle-ci accorde aux officinaux un rôle de premier plan en leur reconnaissant de nouvelles missions. Encore faut-il qu’ils se donnent les moyens nécessaires pour être en mesure de les accomplir. Explications.

LES LIGNES BOUGENT ! Depuis la promulgation de la loi Hôpital, patient, santé et territoires (HPST) les rôles ont été redistribués entre les divers acteurs de santé. Une (r)évolution particulièrement favorable aux pharmaciens qui, par les articles 36, 38 et 51, se sont vus reconnaître un certain nombre de nouvelles missions. Des missions que Brigitte Bouzige, présidente du groupement Giphar, considère comme de « réelles opportunités pour le monde officinal ».

À condition de « ne...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires