Refonte du diplôme de préparateur - La profession veut un apprentissage salarié en trois ans

Refonte du diplôme de préparateurLa profession veut un apprentissage salarié en trois ans

14.06.2010

Les représentants des salariés et des titulaires d’officine refusent le projet ministériel d’une formation des futurs préparateurs en deux ans, par le biais d’un brevet de technicien supérieur. Ils défendent le modèle de l’apprentissage salarié qui s’étale sur trois ans. Une solution qui permettrait, selon eux, d’équilibrer théorie et pratique et de réguler le marché de l’emploi.

  • Équilibrer théorie et pratique

LA REFONTE de la formation des préparateurs en pharmacie est en route. La profession s’y attelle depuis plus d’une décennie, estimant qu’un décalage s’est creusé entre les enseignements prodigués et la réalité de la pratique officinale. La réflexion sur ce dossier s’est engagée depuis l’automne au sein des ministères de la Santé, de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, en collaboration avec les syndicats professionnels. Un référentiel des activités du...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires