La hausse inévitable des prélèvements obligatoires - Le pouvoir d’achat mangé par les deux bouts

La hausse inévitable des prélèvements obligatoiresLe pouvoir d’achat mangé par les deux bouts

07.06.2010

Dans le domaine des retraites et dans celui de la résorption des déficits, existe-t-il d’autres moyens que la hausse des impôts et des cotisations sociales, ensemble désigné par l’expression « prélèvements obligatoires » ? Leur augmentation suffira-t-elle à contribuer à redresser les finances du pays ? Comment comprendre le labyrinthe fiscal.

IL FAUT DISTINGUER deux grands chapitres : les déficits publics et la dette accumulée jusqu’à présent, d’une part ; et, d’autre part, le financement du régime des retraites. La vérité est simple : pour renflouer nos finances, il faut beaucoup d’argent et nous ne trouverons cet argent que dans la poche des contribuables, de tous les contribuables, qu’ils soient riches ou moins riches. La première démarche consiste à ne pas aggraver le poids de la dette par de nouveaux déficits. L’État doit...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires