La débat gauche-droite se radicalise - Fracture politique

La débat gauche-droite se radicaliseFracture politique

31.05.2010

La réforme des retraites aurait dû donner lieu en France à un consensus sur un mélange savant de prolongation des carrières, de taxes nouvelles pour les foyers les plus aisés et de hausses modérées des cotisations sociales. En réalité, elle a séparé deux grands camps où se retrouvent la majorité et l’opposition : la première met l’accent sur le report de la date de la retraite, la seconde ne songe qu’à lever des impôts pour protéger l’acquis social qu’est la retraite à 60 ans.

C’EST UNE BATAILLE aussi violente qu’artificielle : le déficit projeté des régimes est tel qu’il ne peut être résorbé que par une combinaison de mesures. Il est impossible de l’ignorer. Le gouvernement le sait, les syndicats le savent, le PS le sait. Le premier Français à avoir alerté la France sur la course au précipice du système est un socialiste, Michel Rocard, dont le Livre blanc, en 1991, il y a donc 19 ans, avait déjà prévu les sacrifices à consentir pour rééquilibrer les régimes....

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires