Un projet à l’étude au parlement italien - Clause de conscience pour les pharmaciens italiens

Un projet à l’étude au parlement italienClause de conscience pour les pharmaciens italiens

20.05.2010

Entre deux réunions sur la Grèce et la déliquescence des finances de la péninsule qui risque d’être déclassée par les agences de notation, le Parlement italien s’interroge sur la possibilité d’accorder le droit à la clause de conscience aux pharmaciens. À l’origine de cette réflexion, un projet de loi peaufiné par trois députés de la droite berlusconienne. Si tout se passe bien, le dispositif sera soumis au vote des députés avant l’été avant d’être examiné par les sénateurs.

TOUT A COMMENCÉ avec le débat sur la pilule du lendemain qui a suscité l’indignation du Vatican, toujours présent dans la vie quotidienne des Italiens, et de certains pharmaciens, choqués dans leurs convictions morales et éthiques. Du coup, trois parlementaires zélés ont pris leur plume et rédigé un projet de dispositif s’appuyant sur le problème posé par la pilule du lendemain. Mais, entre les lignes, les parlementaires font entendre que les pharmaciens pourront refuser de vendre d...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires