La crise de l’euro l’a aidé - Le nouveau Sarkozy

La crise de l’euro l’a aidéLe nouveau Sarkozy

17.05.2010

Pour affronter la crise de l’euro, Nicolas Sarkozy a changé à la fois de méthode et de style. Dans la confusion apparue à la faveur des tergiversations allemandes, il est apparu comme celui qui a tenu la barre de l’Union européenne. Et cette fois, il ne s’en est pas vanté.

LA CRITIQUE est aisée, l’art difficile. Le plan de sauvetage des économies européennes ne constitue pas une solution définitive. Son activation, toujours possible, entraînerait une augmentation de la dette publique des États de l’Union, déjà insupportable. Il n’a pas complètement rassurés les marchés qui demeurent nerveux et l’euro se maintient à un étiage plutôt bas. La Grèce, l’Espagne, le Portugal, la France même, doivent produire des politiques drastiques d’austérité, à la limite du...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Cambriolage

Les agressions contre les pharmaciens ont quasiment triplé en un an

La multiplication des cambriolages et des attaques de pharmacies, relatée par la presse, viennent confirmer les chiffres enregistrés par l’Ordre des pharmaciens. Le 15 février, en tentant de se défendre, un pharmacien de... 2

Partenaires