Un pharmacien s’engage contre les dangers environnementaux - Benoît Thierry, le lanceur d’alertes

Un pharmacien s’engage contre les dangers environnementauxBenoît Thierry, le lanceur d’alertes

17.05.2010

D’abord intrigué par l’annonce de la construction d’un incinérateur près de chez lui, un pharmacien de l’Oise a vite compris les conséquences sanitaires d’une telle installation. Professionnel de santé avant tout, il appelle ses confrères à s’engager contre les dangers environnementaux qui menacent la santé humaine.

  • Intervenir sur les problèmes d’environnement aux côtés des élus

BENOÎT THIERRY est un homme aux mille facettes. Pour l’heure, c’est son engagement en termes d’environnement qui prime. « L’idée de construire un incinérateur près de chez moi m’a ouvert les yeux. »

Installé à Beauvais (Oise), il découvre ce projet en 2008, par un article de presse locale, sujet sur lequel le journal revient quelques mois plus tard. « À cette époque, l’endroit de la construction n’était pas arrêté. » La réaction ne s’est pas fait attendre puisqu’une première...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Vaccination officine

À la Une Vaccination à l'officine : les leçons d'un succès Abonné

L'expérimentation de la vaccination antigrippale à l'officine s'est achevée le 31 janvier dernier. Tandis que plus de 156 000 patients ont été vaccinés au total, les présidents des URPS Pharmaciens des deux régions tests dressent un premier bilan positif et pensent déjà aux améliorations à apporter pour la prochaine campagne vaccinale. Commenter

Partenaires