LIVRES/« C’est encore moi qui vous écrit », de Marie Billetdoux - Une épopée polyphonique

LIVRES/« C’est encore moi qui vous écrit », de Marie BilletdouxUne épopée polyphonique

21.03.2010

Quarante années, de 1968 à 2008, de la vie intime de l’écrivaine, mais aussi de la vie de ceux qui l’ont croisée et de la vie littéraire « résumées » en 1 500 pages : tel est le choix de Marie Billetdoux. Un projet unique.

  • Marie Billetdoux : quarante ans de vie, un projet unique

ELLE S’APPELAIT, lorsqu’elle a commencé à publier, au début des années 1970, Raphaële Billetdoux. Elle portait ce prénom en 1976 lorsqu’elle a reçu le prix Interallié pour « Prends garde à la douceur des choses » et encore en 1985 quand elle eut le prix Renaudot pour « Mes nuits sont plus belles que vos jours ». En 2002, après la mort de l’homme qu’elle aimait, le journaliste Paul Guilbert, elle est devenue Marie et c’est ainsi qu’elle a publié, en 2006, « Un peu de désir sinon je meurs »...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Le tour de France des pharmacies - Étape à La Teste-de-Buch-0

Le tour de France des pharmacies Étape à La Teste-de-Buch

Troisième étape de notre tour de France des pharmacies, la pharmacie du Pyla, à La Teste-de-Buch, sur le bassin d'Arcachon. Pendant tout le mois d’août, nous vous proposons en effet de sillonner les routes de France pour aller à la rencontre de confrères pour qui l’été n’est pas synonyme de repos. Commenter

Partenaires