Tourisme / De bal en bal - Quand Vienne s’amuse

Tourisme / De bal en balQuand Vienne s’amuse

21.03.2010

Inutile de rappeler que le Danube coule dans les veines de Vienne. Johann Strauss est là pour qu’on s’en souvienne. On connaît le cadre romantique de la capitale autrichienne, son architecture flamboyante et sa musique de chambre. Mais, pour les Viennois, un seul impératif  : danser.

  • Devant le palais impérial, le Hofburg. Le centre historique de Vienne est classé au Patrimoine...
  • Le Parlement autrichien
  • Popp et Kretschmer, spécialiste des tenues de bal
  • Le dôme du Palais royal
  • Le Café central

SURTOUT, ne pas se lancer dans la liste des musiciens nés à Vienne ou ayant décidé d’y vivre. L’énumération est interminable. Par facilité, on s’en tient donc aux classiques : Mozart, Haydn et quelques autres. Et surtout Beethoven. À tous les coins de rue, on tombe sur une maison où il a vécu. « Appartement de Beethoven », « Maison de Beethoven, dite maison Pasqualiti », « Maison de l’Héroïca », « Maison de Beethoven dite du Testament d’Heiligenstadt », « Salle commémorative », etc. Sans...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Stock médicaments

À la Une Hausse des ruptures de stock : quelles solutions ? Abonné

Le nombre signalement de ruptures de stock de médicaments d’intérêt thérapeutique majeur a augmenté de 30 % en 2017. Si les chiffres ne sont pas encore consolidés, la tendance inquiète. L’agence du médicament détaille les solutions qu’elle met en place pour garantir l’accès aux soins. 2

Partenaires