Malek Boutih pressenti pour la HALDE - Le « corps français traditionnel »

Malek Boutih pressenti pour la HALDELe « corps français traditionnel »

15.03.2010

Une simple rumeur court depuis quelques jours selon laquelle Malek Boutih, secrétaire national du PS aux questions de société, pourrait être nommé à la tête de la HALDE, la Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité. Le sénateur UMP de la Meuse, Gérard Longuet, a contesté ce choix. Il préfère une personnalité issue du « corps français traditionnel ». Polémique.

SI M. LONGUET avait voulu achever ce qu’il restait de soutien à la droite avant le scrutin des régionales, il n’aurait pas mieux fait. Il n’existe qu’une raison pour que M. Boutih n’obtienne pas la présidence de la HALDE, la seule que M. Longuet, dans son embarras, n’a pas su dire : c’est que l’UMP en a assez des nominations qui la tiennent à l’écart et correspondent uniquement à une politique d’ouverture que Nicolas Sarkozy poursuit contre vents et marées. Si le sénateur s’était contenté...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Stock médicaments

À la Une Hausse des ruptures de stock : quelles solutions ? Abonné

Le nombre signalement de ruptures de stock de médicaments d’intérêt thérapeutique majeur a augmenté de 30 % en 2017. Si les chiffres ne sont pas encore consolidés, la tendance inquiète. L’agence du médicament détaille les solutions qu’elle met en place pour garantir l’accès aux soins. 2

Partenaires