Un pharmacien sur deux ne votera pas dimanche - Les officinaux prêts à faire la grève des urnes

Un pharmacien sur deux ne votera pas dimancheLes officinaux prêts à faire la grève des urnes

08.03.2010

Les élections régionales se déroulent les 14 et 21 mars. À une semaine du premier tour, « le Quotidien » a demandé à la société Call Medi Call de sonder la profession sur ses intentions de vote. Si environ 30 % des officinaux comptent voter pour une liste UMP et 15 % pour une liste de gauche, près de la moitié entendent s’abstenir.

  • Les officinaux prêts à faire la grève des urnes - 1

LES OFFICINAUX semblent décidés à bouder le premier tour des élections régionales de dimanche prochain. Près d’un pharmacien sur deux affirme qu’il n’ira pas voter, selon une enquête* réalisée par la société Call Medi Call pour « le Quotidien du Pharmacien ». Un chiffre considérable pour une profession généralement impliquée dans la vie publique et politique.

Mais, face à la situation économique délicate que traverse actuellement l’officine, les titulaires souhaitent peut-être ainsi...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires