Phytothérapie, aromathérapie, homéopathie - Un marché éclaté mais porteur

Phytothérapie, aromathérapie, homéopathieUn marché éclaté mais porteur

25.01.2010

Le succès des médecines non conventionnelles ne se dément pas. Forts d’une progression continue de leurs ventes, les produits homéopathiques, de phytothérapie et d’aromathérapie apparaissent même comme de véritables rayons de soleil dans le brouillard officinal. D’autant qu’ils permettent aux pharmaciens de mettre en avant leurs compétences à travers le conseil pharmaceutiques.

  • Des médecines qui remettent à l’honneur le conseil officinal
  • La phytothérapie : 13 segments pour un marché

RESPECT DE L’ENVIRONNEMENT : un vœu pieux pendant des années. Un maître mot depuis peu. Car désormais la nature a la côte ! Et la santé n’échappe pas à cette tendance. Rien d’étonnant, dès lors, que les médecines naturelles, un temps décriées, aient désormais le vent en poupe. Avec une progression constante de leurs ventes, depuis une dizaine d’années, les produits de phytothérapie, d’homéopathie et d’aromathérapie sont bel et bien en odeur de sainteté. Pour preuve : la croissance est...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires