Sociologie des consommateurs - Portrait-robot des adeptes de la méthode douce

Sociologie des consommateursPortrait-robot des adeptes de la méthode douce

25.01.2010

Sans surprise, les femmes et les catégories socioprofessionnelles les plus élevées recourent davantage aux médecines dites douces, mais la tranche des 25 à 34 ans aussi. Plus surprenant, les adeptes des médecines naturelles ne sont pas tous des « écolos » patentés.

SELON une enquête des Instituts nationaux de la santé, basée sur des données de 2007, les Américains sont « accros » aux médecines douces. 38 % des adultes y ont recours. Au total, ils consacrent près de 34 milliards par an aux thérapies alternatives (acupuncture, chiropractie, homéopathie, plantes médicinales…) et les produits naturels tels qu’huile de poisson et échinacea représentent à eux seuls 14,8 milliards de ces dépenses. En France, on ne dispose pas d’enquêtes équivalentes. Les...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Le tour de France des pharmacies - Étape à Malo-lès-Bains-0

Le tour de France des pharmacies Étape à Malo-lès-Bains

Pendant tout le mois d’août, nous vous avons proposé de sillonner les routes de France à la rencontre de confrères pour qui l’été n’est pas synonyme de repos. Pour cette quatrième et dernière étape de notre tour de France des pharmacies, nous jetons les amarres à Malo-lès-Bains, dans l'officine de Jean-Michel Wargnez. Commenter

Partenaires