Les trois projets qui vont changer l’Ordre - Isabelle Adenot s’explique sur sa réforme

Les trois projets qui vont changer l’OrdreIsabelle Adenot s’explique sur sa réforme

25.01.2010

Six mois après son élection à la présidence du Conseil national de l’Ordre des pharmaciens, Isabelle Adenot annonce au « Quotidien » les grandes lignes de la réforme qu’elle entend mener pour adapter l’institution aux réalités d’aujourd’hui, et en particulier à la révolution numérique : informatique, communication et chambres disciplinaires, tels sont les trois chantiers prioritaires auxquels elle va se consacrer dans les mois qui viennent.

  • Une réforme qui va mobiliser l’Ordre pour les 18 mois à venir
LE QUOTIDIEN DU PHARMACIEN.- Cela fait maintenant 6 mois que vous présidez l’Ordre des pharmaciens et aujourd’hui, vous appelez de vos vœux un vaste projet de réforme de l’institution. En quoi consistera cette réforme ?

ISABELLE ADENOT.- Lorsque j’ai été élue, il y a six mois, je m’étais engagée sur certains points, et notamment à faire en sorte que l’Ordre soit la maison de tous les métiers. Aujourd’hui, l’Ordre, établissement qui a des missions de service public, doit faire face à de...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires