Selon un responsable italien de Federfarma - Certains produits coûtent 30 % plus chers dans les hypermarchés

Selon un responsable italien de FederfarmaCertains produits coûtent 30 % plus chers dans les hypermarchés

14.12.2009

Dans un entretien avec « Le Quotidien », Franco Caprino affirme que la vente de médicaments OTC dans les hypermarchés italiens ne font pas baisser les prix, les distributeurs se rattrapant sur d’autres produits pour préserver leurs marges. Petit tour d’horizon de la situation des officines chez nos voisins transalpins.

  • Monsieur Caprino
LE QUOTIDIEN DU PHARMACIEN.- Quel regard portez-vous sur la situation actuelle des pharmacies italiennes ?

FRANCO CAPRINO.- Nous traversons une période de crise importante et, par conséquent, les pharmacies enregistrent une diminution de leurs rentrées. Plus globalement, et notamment sur le plan politique, nous avons obtenu certains résultats avec le gouvernement Berlusconi. Ce qui n’était pas le cas avec l’exécutif de centre gauche de Romano Prodi, qui avait notamment supprimé la...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Stock médicaments

À la Une Hausse des ruptures de stock : quelles solutions ? Abonné

Le nombre signalement de ruptures de stock de médicaments d’intérêt thérapeutique majeur a augmenté de 30 % en 2017. Si les chiffres ne sont pas encore consolidés, la tendance inquiète. L’agence du médicament détaille les solutions qu’elle met en place pour garantir l’accès aux soins. 2

Partenaires