Le renvoi en correctionnelle de Jacques Chirac - Soudain, le temps s’assombrit

Le renvoi en correctionnelle de Jacques ChiracSoudain, le temps s’assombrit

02.11.2009

Survenant juste après après la condamnation de Charles Pasqua à un an de prison ferme dans l’affaire dite de l’Angolagate, le renvoi en correctionnelle de Jacques Chirac pour les emplois fictifs de la Mairie de Paris aggrave l’image quelque peu délétère de l’exercice du pouvoir en France. La justice, en l’occurrence, n’a fait que son travail. Mais ces poursuites post-immunitaires ressemblent un peu à une chasse aux gérontes.

CURIEUSEMENT, ce n’est pas la justice qui a annoncé le renvoi en correctionnelle de l’ancien président de la République, mais les services de Jacques Chirac, dont le premier communiqué ne faisait état que du non-lieu dont il a bénéficié pour le chef d’accusation de « faux en écriture publique », annonçant ainsi une victoire qui précédait en réalité une défaite. Le nom de M. Chirac a été mentionné dans plusieurs affaires, qu’il s’agisse de celle des HLM, avec un témoignage sur cassette qu...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires