Retrait du dextropropoxyphène - Tout n’est pas encore joué

Retrait du dextropropoxyphèneTout n’est pas encore joué

19.10.2009

L’Agence européenne du médicament doit se prononcer cette semaine sur l’avenir des spécialités à base de dextropropoxyphène. Elle doit en effet examiner ces jours-ci le recours formulé fin août par les laboratoires de génériques réunis au sein de l’association Gemme. Convaincus du bien-fondé de leur demande, ces derniers sollicitent un sursis auprès des instances européennes afin de mener une nouvelle étude clinique visant à démontrer l’intérêt et l’efficacité de la molécule mise en cause.

  • Tout n’est pas encore joué - 1

LE GEMME croise les doigts. C’est cette semaine que l’Agence européenne du médicament (EMEA), plus précisément son comité des médicaments à usage humain (CHMP), doit se prononcer sur le recours déposé fin août par l’association de génériqueurs concernant le retrait du marché des spécialités contenant du dextropropoxyphène.

À la suite de l’avis défavorable au maintien sur le marché de ces médicaments émis par l’EMEA fin juin, le Gemme a en effet décidé d’agir. « C’est un excellent...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Stock médicaments

À la Une Hausse des ruptures de stock : quelles solutions ? Abonné

Le nombre signalement de ruptures de stock de médicaments d’intérêt thérapeutique majeur a augmenté de 30 % en 2017. Si les chiffres ne sont pas encore consolidés, la tendance inquiète. L’agence du médicament détaille les solutions qu’elle met en place pour garantir l’accès aux soins. 2

Partenaires