Après l’assassinat de Marie-Christine Hodeau - Un crime politisé

Après l’assassinat de Marie-Christine HodeauUn crime politisé

05.10.2009

Il y a près de dix jours, une jeune femme de 42 ans qui courait dans la forêt de Milly a été agressée, violentée, étranglée par un repris de justice, Manuel da Cruz. Il a été arrêté et reconnu les faits. Condamné une première fois à 11 ans de réclusion pour viol, il avait été libéré au bout de sept ans, et vivait à 200 mètres du logement de sa première victime. L’émotion nationale est immense mais l’affaire est déjà politisée.

  • Un crime politisé - 1

LE CHOC est énorme. Marie-Christine Hodeau, la victime, était connue de tous comme une belle jeune femme, sympathique et toujours prête à aider son prochain. Les circonstances du drame soulignent en outre son immense courage. Du coffre de la voiture où da Cruz l’avait enfermée, elle a réussi, grâce à son téléphone portable, à appeler la gendarmerie qui a aussitôt déclenché une battue pour la retrouver et qui a arrêté le suspect, sur les indications de Mme Houdeau au sujet de l’automobile....

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Vaccination officine

À la Une Vaccination à l'officine : les leçons d'un succès Abonné

L'expérimentation de la vaccination antigrippale à l'officine s'est achevée le 31 janvier dernier. Tandis que plus de 156 000 patients ont été vaccinés au total, les présidents des URPS Pharmaciens des deux régions tests dressent un premier bilan positif et pensent déjà aux améliorations à apporter pour la prochaine campagne vaccinale. Commenter

Partenaires