Gaffe, lapsus, estocade ? - Coupables, dit-il

Gaffe, lapsus, estocade ?Coupables, dit-il

28.09.2009

Au cours d’un entretien télévisé, Nicolas Sarkozy a déclaré au sujet du procès Clearstream : « Deux juges indépendants ont déclaré que les coupables devaient été traduits devant le tribunal correctionnel ». Il s’en est suivi une énorme polémique nationale : toute personne est présumée innocente jusqu’à ce qu’elle soit condamnée.

  • Avant le procès, Villepin lui-même avait préjugé de son résultat

IL EST ÉVIDENT que les deux journalistes qui interrogeaient le président auraient dû le relancer après cette déclaration. Ils diront qu’ils ne sont pas là pour lui donner une seconde chance. Avocat, gardien de la constitution, détenteur de la magistrature suprême, le chef de l’État n’est pas objectivement excusable. Il a commis une bourde de première grandeur qui, d’ailleurs, ne sert pas ses intérêts. Deux thèses s’affrontent : ou bien il s’agit d’un lapsus, ou bien M. Sarkozy l’a fait...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Médecin

Eure-et-Loir : le combat des pharmaciens contre une généraliste propharmacienne

Le syndicat des pharmaciens d’Eure-et-Loir conteste devant la justice l'autorisation accordée à une médecin généraliste de délivrer des médicaments. C’est avant tout contre un anachronisme que se battent les pharmaciens... 5

Partenaires