Dépôt de bilan, liquidation judiciaire, procédure collective… - Acheter une officine en difficulté : une vraie bonne affaire ?

Dépôt de bilan, liquidation judiciaire, procédure collective…Acheter une officine en difficulté : une vraie bonne affaire ?

28.09.2009

Acquérir une officine en difficulté financière ou qui fait l'objet d'une procédure collective peut constituer une bonne affaire… ou une très mauvaise ! Voici les précautions à prendre dans un tel cas.

  • A Paris chaque année, 50 officines font l'objet d'une procédure collective
  • Bien connaître la situation réelle de l'officine

LORSQU’UNE officine a des difficultés financières importantes, elle peut faire l’objet de ce que l’on appelle une « procédure collective » qui aboutit soit à un plan de redressement et de continuation avec ou sans repreneur extérieur, soit, en cas d’impossibilité de continuer l’exploitation du fonds, à sa liquidation pure et simple.

Ce n’est pas une hypothèse d’école : « Dans la capitale, plus d’une cinquantaine d’officines libérales font l’objet chaque année d’une telle procédure »...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pascal Brière 2

À la Une Biosimilaires : la substitution est déjà possible Abonné

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer. 1

Partenaires