Dépôt de bilan, liquidation judiciaire, procédure collective… - Acheter une officine en difficulté : une vraie bonne affaire ?

Dépôt de bilan, liquidation judiciaire, procédure collective…Acheter une officine en difficulté : une vraie bonne affaire ?

28.09.2009

Acquérir une officine en difficulté financière ou qui fait l'objet d'une procédure collective peut constituer une bonne affaire… ou une très mauvaise ! Voici les précautions à prendre dans un tel cas.

  • A Paris chaque année, 50 officines font l'objet d'une procédure collective
  • Bien connaître la situation réelle de l'officine

LORSQU’UNE officine a des difficultés financières importantes, elle peut faire l’objet de ce que l’on appelle une « procédure collective » qui aboutit soit à un plan de redressement et de continuation avec ou sans repreneur extérieur, soit, en cas d’impossibilité de continuer l’exploitation du fonds, à sa liquidation pure et simple.

Ce n’est pas une hypothèse d’école : « Dans la capitale, plus d’une cinquantaine d’officines libérales font l’objet chaque année d’une telle procédure »...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires