Clearstream : procès en correctionnelle à partir d’aujourd’hui - Match de catch Sarko-Villepin

Clearstream : procès en correctionnelle à partir d’aujourd’huiMatch de catch Sarko-Villepin

21.09.2009

Le procès en correctionnelle des acteurs de l’affaire Clearstream commence aujourd’hui. Parmi les accusés, figure Dominique de Villepin, auquel la justice reproche d’avoir su que des listes de propriétaires de comptes à l’étranger avaient été falsifiés pour que le nom de Nicolas Sarkozy y figure. L’ancien Premier ministre se défend d’avoir participé à la machination.

  • Sarkozy et Villepin : un combat impitoyable

L’AFFAIRE CLEARSTREAM a au moins le mérite de nous rappeler que, avant que le PS ne fût divisé et inopérant, des failles immenses existaient au sein de la majorité. Ce qui explique d’ailleurs la grogne croissante de bon nombre de députés UMP hostiles au président de la République. Il est impossible de s’en tenir à une analyse strictement judiciaire du scandale, qui ne peut être compris que sous l’angle politique. Pour résumer les faits, un vice-président d’EADS, Jean-Louis Gergorin, a...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Stock médicaments

À la Une Hausse des ruptures de stock : quelles solutions ? Abonné

Le nombre signalement de ruptures de stock de médicaments d’intérêt thérapeutique majeur a augmenté de 30 % en 2017. Si les chiffres ne sont pas encore consolidés, la tendance inquiète. L’agence du médicament détaille les solutions qu’elle met en place pour garantir l’accès aux soins. 2

Partenaires