Sarkozy fixe la taxe carbone à 17 euros par tonne de CO2 - L’écologie à visage humain

Sarkozy fixe la taxe carbone à 17 euros par tonne de CO2L’écologie à visage humain

14.09.2009

En fixant la taxe carbone à 17 euros par tonne de CO2, Nicolas Sarkozy a rejeté la proposition de Michel Rocard (32 euros) et s’est rapproché de celle de François Fillon (14 euros). Il a aussi promis de rendre les sommes ainsi réunies aux contribuables, soit en diminuant leurs impôts, soit en remettant un chèque aux ménages non imposables.

CES DÉCISIONS appellent plusieurs commentaires. En l’absence de toute restitution aux contribuables, la taxe carbone apparaissait comme un châtiment infligé au citoyen, certes pollueur, mais non pas responsable de la pollution résultant du système économique et industriel auquel il est soumis. Dès lors que le produit de la taxe sera redistribué, cette critique disparaît. Mais elle en fait naître d’autres : Michel Rocard, lorsqu’il a créé la CSG, n’a certes pas fait plaisir à ses...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Stock médicaments

À la Une Hausse des ruptures de stock : quelles solutions ? Abonné

Le nombre signalement de ruptures de stock de médicaments d’intérêt thérapeutique majeur a augmenté de 30 % en 2017. Si les chiffres ne sont pas encore consolidés, la tendance inquiète. L’agence du médicament détaille les solutions qu’elle met en place pour garantir l’accès aux soins. 2

Partenaires