Plan antipandémique - Les officinaux au cœur du dispositif

Plan antipandémiqueLes officinaux au cœur du dispositif

07.09.2009

Face à l’arrivée probable d’une épidémie de grippe due au nouveau virus A(H1N1), les autorités françaises peaufinent leur plan de prévention et de lutte. Au sein du système, les officinaux ont un rôle essentiel dans la dispensation des traitements et des masques. Rappel des principaux points du dispositif antigrippe.

  • Les pharmaciens assurent la distribution des antiviraux et des masques
  • Déjà plus de 30 000 personnes contaminées

LA FRANCE est toujours au niveau d’alerte 5A. Même si, depuis la fin juillet, elle a modifié son plan de lutte contre la pandémie grippale. Désormais, en cas de suspicion de grippe, les patients doivent en effet contacter directement leur médecin de ville. Si nécessaire, celui-ci leur prescrira des masques chirurgicaux et éventuellement du Tamiflu (oseltamivir).

Pour répondre à cette évolution, les officinaux ont reçu une dotation de dix boîtes de l’antiviral (qu’ils facturent...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Stock médicaments

À la Une Hausse des ruptures de stock : quelles solutions ? Abonné

Le nombre signalement de ruptures de stock de médicaments d’intérêt thérapeutique majeur a augmenté de 30 % en 2017. Si les chiffres ne sont pas encore consolidés, la tendance inquiète. L’agence du médicament détaille les solutions qu’elle met en place pour garantir l’accès aux soins. 2

Partenaires