Pandémie grippale - Une rentrée sous surveillance pour le H1N1

Pandémie grippaleUne rentrée sous surveillance pour le H1N1

31.08.2009

Le nouveau virus de la grippe A(H1N1) continue de se répandre en France. À la veille de la rentrée, les pouvoirs publics sont donc sur le qui-vive. Des mesures pour assurer la continuité des soins et des services publics ont été annoncées au cours de l’été. Le dispositif de prise en charge des patients a également évolué avec la mise en place dans les officines d’un stock de masques et de Tamiflu.

  • La rentrée des classes accroît le risque épidémique

À QUELQUES jours de la rentrée scolaire, l’incidence des consultations pour grippe clinique reste inférieure au seuil épidémique, indique l’Institut de veille sanitaire (INVS). Ce qui n’empêche pas le gouvernement de rester particulièrement vigilant face à l’avancée de la grippe A(H1N1) dans l’Hexagone. Des mesures sont d’ores et déjà envisagées pour prévenir tout départ d’épidémie dans les écoles. Ainsi, a annoncé le nouveau ministre de l’Éducation nationale, Luc Chatel, des gestes de...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Médecin

Eure-et-Loir : le combat des pharmaciens contre une généraliste propharmacienne

Le syndicat des pharmaciens d’Eure-et-Loir conteste devant la justice l'autorisation accordée à une médecin généraliste de délivrer des médicaments. C’est avant tout contre un anachronisme que se battent les pharmaciens... 4

Partenaires