En attendant le jugement sur le fond - Giphar poursuit sa campagne de communication

En attendant le jugement sur le fondGiphar poursuit sa campagne de communication

31.08.2009

Après une première campagne de communication réussie, le groupement Giphar en a lancé une seconde en juin dernier, tournée vers le conseil pharmaceutique et proposant aux usagers de s’adresser à un pharmacien pour certaines pathologies estivales. L’Ordre des pharmaciens, rappelant qu’aucune publicité n’est autorisée pour un groupement en faveur de ses officines, l’a attaqué en justice et demandé en référé l’interdiction de la campagne.

INTITULÉE « Mon conseil santé », la campagne de communication du groupement Giphar a débuté en juin dernier, d’abord sur les ondes radiophoniques, puis dans les officines adhérentes et sur son site Internet. Sur la base de l’interdiction pour un groupement ou un réseau de pharmacies de faire de la publicité en faveur de ses officines, le Conseil national de l’Ordre des pharmaciens (CNOP) a assigné Giphar en justice. De plus, il a demandé en référé l’interdiction immédiate de la campagne....

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Notice

Autotests : des notices à revoir, selon l'Académie de pharmacie

Les notices de plusieurs autotests commercialisés en pharmacie sont inexactes et de nature à rassurer ou inquiéter à tort les usagers, pointe une étude de l’Académie de pharmacie. Autotests VIH, tétanos, allergie, anémie… Des... 3

Partenaires