Drogue du violeur - Vers un délit de « soumission chimique »

Drogue du violeurVers un délit de « soumission chimique »

18.07.2009
  • Vers un délit de « soumission chimique » - 1

LES POUVOIRS publics envisagent d’instituer un délit de « soumission chimique », dans les cas de viols et d’agressions sexuelles, voire de tentatives. Un agresseur usager du GBH (gammahydroxybutyrate), ou du GBL (gamma-butyrolactone) transformé par l’organisme en GBH, qualifié d’« ecstasy liquide » ou de « drogue du violeur » - qui régule, entre autres, les états de veille et de sommeil et stimule les hormones de croissance - encourra une sanction aggravée. Un texte en ce sens devrait...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Notice

Autotests : des notices à revoir, selon l'Académie de pharmacie

Les notices de plusieurs autotests commercialisés en pharmacie sont inexactes et de nature à rassurer ou inquiéter à tort les usagers, pointe une étude de l’Académie de pharmacie. Autotests VIH, tétanos, allergie, anémie… Des... 3

Partenaires