Trac et épreuves sécurisées pour 1 300 candidats - Les coulisses du concours de l'internat en pharmacie

Trac et épreuves sécurisées pour 1 300 candidatsLes coulisses du concours de l'internat en pharmacie

18.07.2009

Le concours de l'internat en pharmacie s'est tenu ces deux dernières semaines à Rungis, près de Paris. Des épreuves attendues, non sans appréhension, par quelque 1 300 candidats. Revue de détails d'une organisation sous haute surveillance.

  • Les coulisses du concours de l'internat en pharmacie - 1
  • Les coulisses du concours de l'internat en pharmacie - 2
  • Les coulisses du concours de l'internat en pharmacie - 3

DEUX JOURS pendant lesquels se jouent des années de travail. Mardi 19 et mercredi 20 mai, 1 300 candidats ont passé le concours de l'internat en pharmacie. Venus de la France entière, ils ont planché sur des dossiers cliniques et des QCM à l'Espace Jean Monnet de Rungis (Val-de-Marne). Ce centre d'examens organise des épreuves pour la plupart des ministères, l'Assemblée nationale, La Poste ou encore les écoles Centrale et Polytechnique. Il fêtait l'accueil de son millionième candidat à l...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires