Dix ans après le droit de substitution - Le générique défend encore ses qualités

Dix ans après le droit de substitutionLe générique défend encore ses qualités

02.07.2009

Habituellement présenté comme un facteur d’économie non négligeable, le médicament générique est avant tout… un médicament, tiennent à rappeler les laboratoires producteurs. Un rappel essentiel, à l’heure où le droit de substitution fête ses dix ans, où des contrats incitent les médecins à prescrire dans le répertoire, où le déficit de la Sécurité sociale ne fait que se creuser. Un traitement sûr, efficace et moins cher.

EN JUIN 1999, le pharmacien d’officine obtient l’autorisation de substituer, autorisation qui devient vite une forte incitation. Alors que, en 2002, une boîte sur douze était un générique (8 % du marché remboursable en volume), l’année 2008 a franchi la barre symbolique des 20 %. « Le marché pharmaceutique remboursable, en cumul mobile annuel à avril 2009, s’élève à 2,55 milliards d’unités et 19,07 milliards d’euros », indique Anne Baille, vice-présidente du Gemme (association regroupant...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires