Le cri d’alarme d’un collectif de pharmaciens - Il faut sauver la préparation officinale !

Le cri d’alarme d’un collectif de pharmaciensIl faut sauver la préparation officinale !

14.05.2009

Réalisée à partir de recueils de formules, la préparation officinale est aujourd'hui menacée de disparition. Un collectif de pharmaciens et de fabricants se mobilise pour la moderniser et la sauvegarder. Ils ont remis la semaine dernière une série de propositions au ministère de la Santé.

  • Cinq recommandations pour perpétuer une des missions historiques de l'officine

LES PRÉPARATIONS officinales sont en péril. Pour cet emblème du métier officinal, c'est aujourd'hui une question de vie ou de mort. La situation est telle qu'elle a provoqué le sursaut de pharmaciens organisés en associations (TOP ACTO, SOTP) et de fournisseurs de matières premières à usage pharmaceutique (Cooper, Fagron, Phytoprevent). Des enseignants et des représentants professionnels ont rejoint le mouvement. Pour ce collectif de défense de la préparation, ses difficultés sont...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Stock médicaments

À la Une Hausse des ruptures de stock : quelles solutions ? Abonné

Le nombre signalement de ruptures de stock de médicaments d’intérêt thérapeutique majeur a augmenté de 30 % en 2017. Si les chiffres ne sont pas encore consolidés, la tendance inquiète. L’agence du médicament détaille les solutions qu’elle met en place pour garantir l’accès aux soins. 2

Partenaires