Faut-il, ou non, aider les clandestins ? - Sur le délit de solidarité

Faut-il, ou non, aider les clandestins ?Sur le délit de solidarité

14.04.2009

Loin de la crise économique, et en même temps compliqué par elle, le débat national sur l’aide apportée par des bénévoles ou des associations aux immigrés clandestins, acquiert, depuis quelques jours, une intensité particulière : le 8 avril dernier, un collectif d’associations a appelé à manifester dans plus de 70 villes pour protester contre le « délit de solidarité ». Il s’agit, ni plus ni moins, de mettre le gouvernement au défi d’appliquer la loi.

L’ARTICLE L. 622-1 du code du séjour des étrangers prévoit une peine de cinq ans d’emprisonnement et d’une amende de 30 000 euros pour « toute personne qui aura, par aide directe ou indirecte, facilité ou tenté de faciliter l’entrée, la circulation ou le séjour d’un étranger en France ». Cet article est la traduction en France des accords de Schengen, lesquels créent en Europe un espace de circulation complètement libre, mais protégé à sa périphérie par une vigilance policière et...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Notice

Autotests : des notices à revoir, selon l'Académie de pharmacie

Les notices de plusieurs autotests commercialisés en pharmacie sont inexactes et de nature à rassurer ou inquiéter à tort les usagers, pointe une étude de l’Académie de pharmacie. Autotests VIH, tétanos, allergie, anémie… Des... 3

Partenaires