Chute des effectifs dans les CFA - Où sont passés nos préparateurs ?

Chute des effectifs dans les CFAOù sont passés nos préparateurs ?

14.04.2009

Les directeurs des Centres de Formation des Apprentis (CFA) sont unanimes. Depuis au moins cinq ans, ils déplorent la chute sensible des inscriptions dans leurs établissements. Crise des vocations, pression économique subie par les titulaires employeurs, enseignement inadapté, les causes multiples de cette désaffection posent question. L’élaboration d’un nouveau référentiel d’activité professionnelle, en cours de finalisation, pourrait mettre un terme au phénomène.

  • La formation initiale des préparateurs doit être repensée

C’EST un véritable cri d’alarme que lancent les directeurs de CFA de France. Le nombre des inscriptions dans leurs établissements chute dangereusement. La preuve ? Alors qu’ils étaient 11 360 à s’inscrire il y a six ans, on dénombrait seulement 9 231 élèves en formation au Brevet Professionnel (BP) à la rentrée 2007 (voir encadré). Et le phénomène ne semble pas prêt de s’éteindre. « Il faut aujourd’hui alerter la profession, si cette désaffection s’aggrave, certains CFA risquent un jour...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Stock médicaments

À la Une Hausse des ruptures de stock : quelles solutions ? Abonné

Le nombre signalement de ruptures de stock de médicaments d’intérêt thérapeutique majeur a augmenté de 30 % en 2017. Si les chiffres ne sont pas encore consolidés, la tendance inquiète. L’agence du médicament détaille les solutions qu’elle met en place pour garantir l’accès aux soins. 2

Partenaires