Les transactions en 2008 - Un marché bloqué

Les transactions en 2008Un marché bloqué

09.04.2009

Baisse du nombre de transactions et stabilité des prix : telles sont les deux tendances principales du marché des cessions d’officines en 2008, selon l’étude annuelle réalisée par Interfimo et présentée lundi à Pharmagora. Mais derrière cette apparence se cache un phénomène nouveau : jamais les officines n’ont été vendues aussi cher par rapport à leur rentabilité réelle.

  • Prix de cession par type d'officine
  • Prix de cession par niveau de chiffre d'affaires
  • Prix de cession 2008

TRADITIONNELLEMENT, les prix de cession des officines sont exprimés en pourcentage du chiffre d’affaires hors taxes. Mais, aujourd’hui, il faudrait sans doute les exprimer en pourcentage de leur rentabilité, ce qui refléterait davantage la réalité du marché. Car si, il y a dix ans, le prix de cession moyen se situait à 5,3 fois l’excédent brut d’exploitation (l’EBE), il est passé en 2008 à 8,7 fois l’EBE, d’après l’étude d’Interfimo. Un record absolu.

En d’autres termes, les...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires