Mouvements sociaux aux Antilles et à La Réunion - De lourdes conséquences pour les officines

Mouvements sociaux aux Antilles et à La RéunionDe lourdes conséquences pour les officines

12.03.2009

Malgré l’accord sur les salaires intervenu la semaine dernière, la tension n’est pas retombée en Guadeloupe : l’activité des officines de l’île est toujours perturbée. À la Martinique, le conflit n’est pas non plus réglé et les négociations se poursuivent. La situation semble plus calme à La Réunion, elle aussi confrontée à un mouvement social. Le point avec nos confrères installés dans ces îles.

LES MOUVEMENTS sociaux déclenchés aux Antilles et à La Réunion ne sont pas achevés. En Guadeloupe, malgré un accord de sortie de crise signé le 4 mars, la tension est toujours palpable. Car cet accord, qui prévoit une augmentation de 200 euros pour les bas salaires, n’a pas été paraphé par le MEDEF et plusieurs autres organisations patronales majoritaires. Du coup, pour le moment, seulement 15 000 à 30 000 salariés sont concernés. Du côté des officines, on attend l’extension de cet accord...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires