La fin d’une crise longue et coûteuse - Guadeloupe : pas de vainqueurs

La fin d’une crise longue et coûteuseGuadeloupe : pas de vainqueurs

09.03.2009

Les Guadeloupéens se sont réjouis à juste titre de la fin du conflit social et d’un accord censé améliorer leur pouvoir d’achat. Ce sont eux pourtant qui seront appelés à payer la facture : les Antilles subissent la crise mondiale comme tout le monde, mais la grève, qui a été totale pendant plus de six semaines, a encore affaibli un peu plus l’économie de l’île. Les patrons se sont engagés à augmenter les salaires. En même temps, ils prévoient des milliers de licenciements dans les PME qui ne pourront surmonter les conséquences de la grève.

ÉLIE DOMOTA, le chef syndicaliste qui s’est fait une notoriété nationale à l’occasion du conflit, a remporté une victoire à la Pyrrhus. Si le mouvement qu’il a lancé était parfaitement justifié par des inégalités flagrantes, si, pour commencer à changer les choses, il fallait une démonstration de force ample et longue, si les Guadeloupéens ont pris conscience de leur force politique, le résultat du conflit est extrêmement négatif. L’équation économique n’a d’ailleurs aucun sens. Que les...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires