Les députés définissent de nouvelles missions - Exercice officinal : ce que la loi va changer

Les députés définissent de nouvelles missionsExercice officinal : ce que la loi va changer

09.03.2009

L’exercice officinal devrait prendre un nouveau tournant. Dans le cadre de l’examen du projet de loi Hôpital, patient, santé et territoires (HPST), les députés viennent en effet d’adopter plusieurs amendements offrant de nouvelles perspectives à la profession. Ils ont notamment autorisé la création d’un nouveau statut pour les confrères, celui de « pharmacien de coordination ».

  • Un champ d'activité élargi et reconnu

LES PHARMACIENS avaient placé beaucoup d’espoir dans la loi Hôpital, patients, santé et territoires (HPST), actuellement examinée par les parlementaires. Celle-ci semble avoir tenu toutes ses promesses. Les députés viennent, en effet, d’adopter le principe du « pharmacien de coordination », terme qui, au cours des débats, a supplanté celui de « pharmacien traitant », jugé trop provocateur par certaines organisations de médecins.

Ce nouveau statut marque un tournant dans l’exercice...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Notice

Autotests : des notices à revoir, selon l'Académie de pharmacie

Les notices de plusieurs autotests commercialisés en pharmacie sont inexactes et de nature à rassurer ou inquiéter à tort les usagers, pointe une étude de l’Académie de pharmacie. Autotests VIH, tétanos, allergie, anémie… Des... 3

Partenaires