Le Sénat adopte la 1ère année d'études de santé - Ce qui va changer pour les étudiants en 2010

Le Sénat adopte la 1ère année d'études de santéCe qui va changer pour les étudiants en 2010

19.02.2009

Après l'Assemblée nationale en décembre, le Sénat vient d'adopter la proposition de loi visant à créer une première année commune aux études de santé (médecine, pharmacie, dentaire et sage-femme). Toutefois, les sénateurs ont décidé le report de l'application de cette réforme à la rentrée 2010. La communauté universitaire va mettre à profit ce délai pour mieux s'organiser.

  • La réforme doit faciliter une éventuelle réorientation au terme de la première année

COUP DE THÉÂTRE au palais du Luxembourg. Mercredi dernier, les sénateurs ont décidé de reporter à 2010 la mise en œuvre de la première année commune aux études de santé (médecine, pharmacie, dentaire, sage-femme). Cette réforme est sur le feu depuis de nombreuses années et le gouvernement était attaché à ce qu'elle voit le jour au plus vite. Les députés, qui ont examiné la proposition de loi en décembre, avaient d'ailleurs repoussé un amendement prévoyant ce report. Au Sénat, Valérie...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires